WHAT'S NEXT ?

Podcast de marque : la nouvelle voix des entreprises par Nadia Leroy

What’s Next vous emmène chaque mois à la rencontre d’experts pour décrypter les nouvelles tendances. Notre thématique sur la puissance du son vous propose d’appréhender l’évolution de l’audio digital. Le son et son utilité pour les marques n'auront plus de secret pour vous.

Nadia Leroy, co-dirigeante et associée de Bababam

Pour continuer notre décryptage, nous vous proposons aujourd’hui une interview de haut vol. Nous avions rencontré Nadia Leroy pour parler podcast de marque. Elle nous a répondu, en nous racontant la révolution de la voix, son écosystème, l’avenir du web screenless et les conséquences pour les entreprises et les marques.
Plongez dans ce décryptage immersif, que vous soyez un professionnel du marketing ou simplement intéressé par le monde de l’audio digital ! 

“Selon moi, la voix est la nouvelle grande révolution du web.”

Bonjour Nadia, peux-tu te présenter ? 

Nadia : Je m’appelle Nadia Leroy, j’ai 52 ans. J’ai une longue carrière dans les métiers de la communication et du digital, notamment au sein du Groupe L’Oréal. Il y a 3 ans, je me suis lancée dans l'entrepreneuriat en créant l’agence NEVA.associés.

Nadia Leroy et Pierre Orlac'h, dirigeants de la stratup Bababam
Nadia Leroy et Pierre Orlac'h, dirigeants de Bababam

J’ai rejoint en septembre Pierre Orlac’h, fondateur de la start-up Bababam, en tant qu’associée et co-dirigeante. Bababam est une start-up spécialisée dans l’audio digital et se présente comme éditeur-producteur-diffuseur de contenus audio. C’est surtout une équipe d’experts tous passionnés par cette aventure de la voix. Au cœur du réacteur, nos développeurs ont mis au point une technologie unique de diffusion de l’audio sur le web. L’ambition de Bababam est de démocratiser l’audio.
Retrouvez les podcasts de Bababam ici !

En tant que professionnelle des transitions numériques, pourquoi t’être lancée dans l’audio digital ?

J’ai pris conscience du phénomène audio et de son potentiel immense il y a deux ans. C’est un véritable engouement car c’est simple, intuitif, sans barrière technologique pour l’utilisateur. Des plus jeunes, adeptes des messages vocaux, aux plus âgés, qui apprécient le confort de pouvoir dicter leurs requêtes Google. L’audio facilite la vie de toutes les générations. 

Navigation web passant par la voix

Internautes utilisant régulièrement les requêtes vocales

Américains écoutant des programmes audio à la demande

Nous vivons un changement profond des usages. Selon moi, la voix est la nouvelle grande révolution du web. Nous ne reviendrons plus en arrière. 

“Les marques doivent s’initier dès aujourd’hui au marketing serviciel et vocal pour prendre des positions.”

Peux-tu définir ce qu’est le marché de la voix ? 

Nadia : L’audio digital ouvre de nouveaux marchés, de nouveaux territoires d’information, de divertissement, d’éducation, de services. Et ce, avec des champs d’application que nous découvrons tous les jours. On peut imaginer réserver un hôtel ou se faire livrer à domicile depuis la commande vocale de sa voiture. 

C’est un terrain d’innovations technologiques en totale effervescence où tous les grands acteurs se positionnent. Par exemple, les prévisions de business via le voice commerce mobilisent tous les géants du web. La reconnaissance vocale, le text to speech / speech to text, le voice search, les smart speakers, les audio ads… Si vous travaillez dans l’univers de la tech, c’est vraiment le moment de regarder l’audio ! 

Retrouvez notre article sur les assistants vocaux avec Mathilde Beauhaire. 

Quelles questions concrètes une marque doit-elle se poser avant d’aller sur le terrain de l’audio digital ?

Nadia : Il est nécessaire de bien comprendre les nouvelles opportunités offertes par les innovations technologiques de l’audio digital. Une marque doit se préoccuper de la place de la voix dans sa stratégie clients, produits, marketing, communication et servicielle. 

Quels services vocaux seraient utiles à mes consommateurs ou à mes usagers ? Quels freins le passage à la voix lèverait-il dans l’utilisation de mes produits ? Comment être présent sur le voice search ? Est-ce-que j’ai intérêt à créer du brand content en version podcast ? Est-ce que je dois développer des skills pour être présent sur les assistants vocaux ? Comment faire pour être référencé en voice commerce ? Ces piliers doivent être le point de départ du questionnement des marques.

Pourrais-tu nous donner un exemple de podcast de marque répondant à ces nouveaux besoins ?

Nadia : Par exemple, Upsa, le laboratoire pharmaceutique, souhaitait proposer un service d’information et d’éducation. Il y a 10 ans, on aurait fait un site web. Aujourd’hui nous avons développé une série de mini-podcasts, “Ma santé en poche”, qui nous livre tous les conseils pratiques pour prendre soin de soi et de ses proches. Ce format cartonne car les consommateurs sont dans l’attente de contenus utiles. D’autant plus qu’on peut les retrouver facilement sur le web, et les écouter où l’on veut et quand on veut.



On voit énormément de podcasts sortir, à un rythme effréné. Mais tous ne touchent pas leur cible. Comment diffuser un podcast de marque sans rater sa cible ?

Nadia : Vous avez raison, la question “À qui je veux parler et qu’est ce que j’ai à lui apporter ?” est toujours la plus importante. Donc, il faut bien connaître sa cible.

Pour un podcast de marque, il faut valoriser les canaux de confiance déjà existants entre la marque et ses publics (site web, newsletter, réseaux sociaux, e-mailing). Il faut également recruter de nouvelles audiences, à commencer par celles qui sont déjà familiarisées avec le format podcast via les grandes plateformes et applications. 

Mais un podcast de marque doit être disponible aussi via les moteurs de recherche. Notre technologie Podinstall permet aux marques et aux éditeurs de toucher tous leurs publics, de se constituer un actif de diffusion web dont ils sont propriétaires, de suivre leurs abonnés et leurs écoutes. 

Enfin, il faut aller conquérir son audience via la médiatisation. Plusieurs solutions existent. Celle que nous proposons permet aux marques de sponsoriser leur podcast au sein des écosystèmes audio de nos partenaires éditeurs. C’est un achat à la performance qui est unique sur le marché.

Marques et éditeurs ne risquent-ils pas demain de se retrouver dépendants des grands acteurs de l’audio ? 

Nadia : L’audio est un nouvel espace digital à conquérir. Nous avons beaucoup appris de nos expériences passées. Les marques et les éditeurs ont besoin des grands acteurs de l’audio digital. Ils ont également besoin d’avoir leur actif audio propriétaire, de rester maîtres de leurs contenus, de leurs abonnés, de leur data et de leur flux. Les deux solutions sont totalement complémentaires.
Bababam est la technologie en marque blanche qui leur permet aujourd’hui de construire cet actif audio propriétaire.

“Faire appel à des experts externes permet de réinventer l’expression de la marque. Ils apportent de la créativité, une sensibilité et un regard neuf.”

Comment trouver les bonnes compétences pour investir ce nouvel espace de communication ?

Nadia : Il y a une explosion des métiers de la production et du son mais aussi des métiers de concepteurs, de rédacteurs, de graphistes… Pour les marques, il est intéressant de faire appel à des experts extérieurs. Que ce soit des agences, des studios de production ou des experts indépendants. Certaines marques souhaiteront par la suite internaliser des compétences, d’autres non. En conclusion, faire appel à des experts externes permet de réinventer l’expression de la marque. Ils apportent de la créativité, une sensibilité et un regard neuf.